La médecine rurale est malade! Allocution de Madame Nicole Saulnier

Devant les difficultés de recrutement de nouveaux médecins dans la région et l’inaction du Ministère de la Santé face aux nombreux appels de la Coopérative pour corriger la situation avant qu’elle ne devienne critique, la MRC d’Acton et la Coopérative de Santé ont tenu un point de presse, ce matin, pour dénoncer la situation et demander au Premier Ministre et au Ministre de la Santé d’agir pour trouver des solutions durables pour le maintien des services de proximité en milieu rural.  Voici l’allocution de Madame Nicole Saulnier lors de cette conférence de presse.  Notez que les versions orales prévalent sur les versions écrites.

Allocution du 8 mars 2016 par Madame Nicole Saulnier, directrice générale de la Coopérative de Santé de la  MRC d’Acton

Aux propos forts pertinents de Monsieur le préfet, j’aimerais ajouter quelques éléments qui vous permettront de bien saisir la portée de ce qui se passe ici.

Au Québec, il y a 1 médecin omnipraticien pour 855 habitants. Comme un médecin peut suivre 1,500 patients, on se demande bien où il y a pénurie de médecin au Québec!  Je suis certaine que tout ces médecins sont au travail, mais en 2016, on ne peut plus utiliser cette excuse pour se défiler, c’est franchement trop facile!  Alors, la question qui se pose est :  Ou sont tous ces médecins?  Que font ils?  Et surtout pourquoi des régions comme la nôtre se retrouvent-elles en situation critique? C’est incompréhensible!

Monsieur le préfet indique que 2,300 personnes perdront leur médecin de famille dans la région. Réalisez-vous que, toutes proportions gardées, si cela se passait à Montréal, ce serait près de d’un quart de million de personnes qui seraient touchées? On peut tous imaginer que Monsieur Coderre monterait aux barricades et serait en colère, il n’y a pas de doute! Et bien Mesdames et Messieurs, c’est exactement ce qui se passe ici , il faut le réaliser et il faut que le Ministre de la Santé le réalise aussi.

Imaginez qu’un enfant fait une simple otite et que l’on dise aux gens de Montréal d’aller se trouver une place sans rendez vous à Repentigny ou à Vaudreuil car il n’y a rien de plus proche?  Et que diraient-ils si, en dernier recours ils se ramassaient à l’urgence, et qu’on les retournait en disant que c’est un problème de première ligne et d’aller se trouver un médecin de famille?

Vous seriez exactement dans la situation que vit notre population quotidiennement. Et vous auriez raison d’être en colère.  Sachez que nous le sommes.

En terminant, je tiens à signaler que ce que vous vivons ici est vécue par beaucoup de régions rurales au Québec et que malheureusement, notre cas n’est pas unique. Devant l’indifférence du Ministre de la Santé, nous invitons toutes les régions dans la même situation à la dénoncer  haut et fort pour que la médecine en milieu rural reçoive du Ministre de la Santé le même respect qu’en milieu urbain.  Nous vivons à la campagne et nous en sommes fiers.  Mais nous ne sommes pas des citoyens de 2e ordre et demandons au Ministre de la Santé de nous écouter et de nous traiter équitablement.

Merci de votre attention

Leave a reply